Révolution-bleue

Ce forum a pour objectif d'organiser la résistance en région.
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Le "gentil" et le "méchant" ...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Admin
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 511
Localisation : Frankistan
Date d'inscription : 23/01/2007

MessageSujet: Le "gentil" et le "méchant" ...   Ven 20 Juil 2007 - 10:47

"Comment va-t-il exister ?", "Je n'aimerais pas être à sa place", "Supprimons le poste de Premier ministre, ça sera plus clair"... Il y a encore quelques jours, les députés de la majorité s'interrogeaient sur la surface politique de François Fillon face à "Super-Sarko", comme le titre Le Point cette semaine. Aujourd'hui, le chef du gouvernement existe bel et bien et suscite tous les commentaires. Il lui a suffi d'une phrase prononcée mardi soir sur France 3 pour agiter politiques, syndicats et commentateurs. L'évocation d'un service minimum pour les profs au moment où le projet de loi en débat au Sénat ne concerne pour l'instant que les transports a fait bondir un corps enseignant déjà préoccupé par les annonces de suppressions de postes l'an prochain.

Gaffe ? A ce niveau de responsabilités, on connaît le poids des mots. Moyen d'exister politiquement ? Peut-être, diront certains. Mais plus probablement, le nouveau visage de François Fillon qui a troqué son image de réformateur consensuel pour celle d'un Premier ministre au service de la rupture. L'homme qui a travaillé depuis deux ans à l'élaboration du programme de Nicolas Sarkozy entend l'appliquer pleinement pour "changer les choses en profondeur", il l'a clairement rappelé dans sa déclaration de politique générale.

'Pas de projet en cours"

Or qu'a-t-il dit d'extraordinaire mardi soir ? Sur le fond, rien puisque le candidat puis président élu Nicolas Sarkozy avait lui-même évoqué la question de l'accueil des enfants à l'école en cas de grève pendant sa campagne. Cet accueil n'est pas obligatoire dans le primaire. D'ailleurs, son porte-parole David Martinon a estimé jeudi matin qu'une "réflexion était possible" sur cette question. Mais il s'est surtout empressé de rappeler qu' "il n'y avait pas de projet" en cours. Au lendemain des propos de François Fillon, son porte-parole Laurent Wauquiez avait du également repréciser les choses, tout comme le ministre de l'Education nationale qui n'entend pas se mettre à dos les syndicats avant la discussion de son budget à la rentrée.

Largement soutenu par l'opinion, le service minimum dans le secteur public doit-il se limiter aux transports ? Doit-il être interdit de l'évoquer dans l'Education sous prétexte qu'un 1,5 million de fonctionnaires sont concernés et que toute réforme dans l'enseignement est une grenade dégoupillée ? Le débat mérite sûrement d'être poussé jusqu'au bout en posant les bonnes questions, notamment l'utilité ou la faisabilité du projet.

Une pente risquée

Mais le tempo est-il le bon ? Pas sûr. Avant même le vote par le Sénat et l'Assemblée du texte sur les transports, pourquoi déjà se projeter dans un autre secteur, l'école, qui va être touchée dès la rentrée par la question du non remplacement d'un fonctionnaire sur deux à la retraite ? Cela semble ajouter des ingrédients à une rentrée sociale chaude.

Quant à la méthode, est-elle la bonne ? Pas certain non plus. Sur une promesse chère au président de la République, l'impression de confusion s'installe. Et si le débat est légitime, il appartient généralement au chef du gouvernement d'arbitrer et dé définir la ligne, pas de semer le trouble dans les esprits. Il pourrait lui en coûter son autorité sur ses ministres et sa crédibilité dans l'opinion. A moins qu'un mystérieux partage des rôles s'instaure au sein du couple exécutif. Au Premier ministre l'application à la lettre du programme de rupture, au président le soin de jouer ensuite "les gentils" pour conserver dans l'opinion une confiance indispensable à la réforme. Son habilité à apaiser les syndicats étudiants pour faire passer l'autonomie des universités, quitte à raboter le projet de la ministre, fera-t-elle jurisprudence ? Il est trop tôt pour le dire.

"Vu qu'il n'y a plus d'opposition, tu veux aussi en être le chef ?", plaisantait ainsi récemment un interlocuteur de Nicolas Sarkozy. Si elle se confirme, cette pente n'est pas sans risques. Les ministres auront tendance à durcir leur texte et attendre la magie du verbe présidentiel pour régler d'inévitables conflits. A quel maillon se situera alors le Premier ministre dans la chaîne de décision ? Poser la question alors que certaines voix, même isolées, se prononcent pour la suppression de cette fonction n'est pas bon signe.
http://tf1.lci.fr/infos/france/politique/0,,3496648,00-fillon-voulu-faire-maximum-.html
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://revolution-bleue.forumactif.fr
Résistant 31

avatar

Nombre de messages : 432
Date d'inscription : 03/02/2007

MessageSujet: Re: Le "gentil" et le "méchant" ...   Sam 21 Juil 2007 - 11:01

Oui au service minimum dans la fonction publique dans le cadre de la continuité de l'action de l'Etat !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
007/**

avatar

Masculin Nombre de messages : 940
Localisation : Duché de BOURGOGNE
Secteur d'activité : Au service de sa Gracieuse Majesté
Date d'inscription : 31/01/2007

MessageSujet: Re: Le "gentil" et le "méchant" ...   Sam 21 Juil 2007 - 12:05

Et c'est un fonctionnaire qui le dit ! Chapeau l'artiste ... Smile
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Résistant 31

avatar

Nombre de messages : 432
Date d'inscription : 03/02/2007

MessageSujet: Re: Le "gentil" et le "méchant" ...   Sam 21 Juil 2007 - 15:39

Ca vous surprend, n'est-ce pas !?

Où je suis, nous pratiquons déjà le service minimum depuis de nombreuses années et cela se passe très bien !

Les agents sont notifiés et reçoivent un télégramme téléphoné chez eux les veilles de grèves leur enjoignant de rallier leur postes. En cas contraire, la force publique vient les chercher chez eux sans compter les poursuites judiciaires pour manquement à leur obligation de service même en situation de grève.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
philiberte

avatar

Nombre de messages : 675
Date d'inscription : 22/03/2007

MessageSujet: Re: Le "gentil" et le "méchant" ...   Dim 22 Juil 2007 - 0:15

dans les écoles primaires, le service minimum est assuré par le/la directeur/trice, qu'il soit gréviste ou pas. uniquement garde des enfants.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Résistant 31

avatar

Nombre de messages : 432
Date d'inscription : 03/02/2007

MessageSujet: Re: Le "gentil" et le "méchant" ...   Dim 22 Juil 2007 - 11:54

Philiberte, non pas partout !

Il y a certaines écoles où tous les enseignants sont en grève (directeur ou directrice compris) et auquel cas, si la mairie est un tant soit peu de gauche (comme où je vis), eh bien la mairie décide de fermer l'école, donc par la même occasion le service d'accueil du matin, la garderie du soir et la cantine du midi !

Donc, pour les parents qui travaillent, ils doivent se démer.... !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
007/**

avatar

Masculin Nombre de messages : 940
Localisation : Duché de BOURGOGNE
Secteur d'activité : Au service de sa Gracieuse Majesté
Date d'inscription : 31/01/2007

MessageSujet: Re: Le "gentil" et le "méchant" ...   Lun 23 Juil 2007 - 20:34

Il y a la deux problème distincts:
- le rôle des enseignants
- la garderie (il est effectivement difficile de gérer une carence scolaire pour les parents en absence de garde en relais)
Mais est-bien le rôle des enseignants (et de l’EN) de jouer en plus les nounous, déjà qu’ils assument fort mal le premier ? Ce problème de droit de grève serait mon avis en partie résolu si les agents en question ne bénéficiaient pas d’un statut leur permettant d’en user et en abuser, d’où l’intérêt de le supprimer purement et simplement. Mais il est une règle d’or de notre bonne raie publique: plutôt que de supprimer un dysfonctionnement, on le "corrige" par d’autres (ici sévice minimum), d’où un bordel sans nom et une multiplication d’usines à gaz et de règlements se contredisant les autres.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Résistant 31

avatar

Nombre de messages : 432
Date d'inscription : 03/02/2007

MessageSujet: Re: Le "gentil" et le "méchant" ...   Lun 23 Juil 2007 - 22:06

Non, sans remettre en cause le droit de grève des enseignants, il faut que les mairies assurent un service d'accueil dans les écoles en cas de grève totale du corps enseignant, que cela leur plaise ou pas !?

Compris, percuté !? (comme dirait FPB pour d'autres sujets...)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Le "gentil" et le "méchant" ...   

Revenir en haut Aller en bas
 
Le "gentil" et le "méchant" ...
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Signification de "mariés en face d'église" de LAURENT et COSNAY !
» "République Fédérale Française", prototype ?
» Avez-vous entendu parler du "coffre-fort de la fin du monde"?
» "Je recherche une idée de film !"
» "Fête au hareng, faites du boucan".12ème édition.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Révolution-bleue :: Société :: Politique-
Sauter vers: