Révolution-bleue

Ce forum a pour objectif d'organiser la résistance en région.
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Ça bouge déjà à droite !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
007/**



Masculin Nombre de messages : 940
Localisation : Duché de BOURGOGNE
Secteur d'activité : Au service de sa Gracieuse Majesté
Date d'inscription : 31/01/2007

MessageSujet: Ça bouge déjà à droite !   Ven 13 Avr 2007 - 13:51

Quand le pen fait un appel du pied à sarkozy
Http://www.marianne2007.info/quand-le-pen-fait-un-appel-du-pied-a-sarkozy_a1126.html

Jean-marie le pen n'exclut pas « a priori » l'idée d'un rapprochement avec l'ump. Nicolas sarkozy estime lui que « celui qui est le moins à droite qu'avant, c'est le pen ! ».
A quoi jouent nicolas sarkozy et jean-marie le pen ? Si les deux candidats à l'élection présidentielle se sont opposés ces derniers jours pour savoir qui sera le plus français, chacun lance aujourd'hui quelques perches vers l'autre camp. Par entretiens interposés, ils rendent implicitement envisageable l'idée d'une normalisation des relations entre l'ump et le fn. Finie la « haine » que jacques chirac pouvait avoir pour jean-marie le pen.

Dans l'entretien qu'il donne ce matin au figaro, le leader frontiste évoque à nouveau « une ère nouvelle » qui existerait entre le fn et l'ump. « si sarkozy dit qu'il est d'accord pour un rapprochement, pourquoi pas ? Cela dépendra de l'intérêt de notre pays et de l'intérêt de notre mouvement », déclare-t-il. Et comme si ce n'était pas assez clair, jean-marie le pen ajoute : « nous n'avons pas d'a priori, ni contre lui ni contre personne », soulignant au passage, qu'« (il n'a) pas de contentieux personnel avec sarkozy, comme (il en avait) avec chirac ». il raconte d'ailleurs qu'il a « rencontré deux fois sarkozy pour parler de problèmes de technique électorale ». un leader du fn à « chaque fois reçu fort courtoisement » par nicolas sarkozy. Et si l'existence d'un accord de désistement pour les législatives « paraît difficile » à jean-marie le pen, il n'en reconnaît pas moins « des points possibles d'accord et de convergence » sur « l'école, la réforme fiscale, la réforme des retraites ».

Dédiabolisation de le pen
en face, nicolas sarkozy ne va pas si loin. Mais dans l'entretien qu'il donne aujourd'hui à libération, il explique que « celui qui est le moins à droite qu'avant, c'est le pen ! » la conséquence de la droitisation de sa campagne ? En traitant des sujets de prédilection du fn – immigration, sécurité – nicolas sarkozy peut envisager de récupérer une partie des électeurs du fn, mais a aussi permis une dédiabolisation de jean-marie le pen.

Marine le pen expliquait hier à marianne2007.info qu'« à l'ump, la haine viscérale à l'égard du fn ne remporte pas l'accord de beaucoup d'élus ». on se souvient par ailleurs des accords passés lors des élections régionales de 1998 entre certains élus de droite et le fn. Aujourd'hui, c'est jérôme rivière, député de nice élu sous les couleurs de l'ump et maintenant président du comité de soutien de villiers qui estime qu'« un accord avec le fn ne doit plus être tabou ». les velléités d'accord existent. Reste à savoir jusqu'où celles-ci peuvent aller.

le ministre délégué aux collectivités territoriales souhaite qu'une soixantaine de députés soient élus à la proportionnelle en 2012.
Http://www.lefigaro.fr/election-presidentielle-2007/20070413.fig000000222_hortefeux_oui_a_une_dose_de_proportionnelle.html


Le figaro. - l'ump a refusé jusqu'à maintenant d'envisager le scrutin proportionnel à l'assemblée. Dans son programme législatif, elle se contente de le proposer pour le sénat. Est-ce toujours le cas ?
Brice hortefeux. - sans abandonner le scrutin majoritaire, pourquoi ne pas réfléchir à l'introduction, dans le mode de désignation des parlementaires, d'une dose de proportionnelle ? Cela peut concerner le sénat, comme en espagne et en italie, mais aussi l'assemblée nationale. La vérité est que nous devons servir deux objectifs : le premier est de dégager des majorités claires pour gouverner, ce que garantit le scrutin majoritaire, le deuxième est de représenter la diversité des territoires et la diversité de la société, ce que permet le scrutin proportionnel.
Cela permettrait aux extrêmes, notamment au fn, d'être représentés au parlement. Vous n'y voyez pas d'objection ?
Ce n'est pas le sujet. La question est de savoir si nous souhaitons ou pas que le parlement soit un lieu moderne d'expression démocratique qui conjugue efficacité et représentativité. Une formation importante, dès lors qu'elle est légale, doit pouvoir y participer.
Ne va-t-on pas vous accuser de faire de la récupération, à quelques jours du premier tour ?
Ce n'est pas une décision, mais une réflexion qui suppose de prendre du temps. Je vous rappelle qu'en europe, vingt-quatre pays sur vingt-sept désignent leurs députés à la proportionnelle, y compris l'allemagne, avec un mode de scrutin mixte. Le système majoritaire n'existe en fait qu'au royaume-uni et en france. La france est donc une exception, ce qui ne doit ni susciter un regret, ni engendrer une satisfaction.
Certains pourraient s'élever contre cette atteinte à l'esprit de la ve république.
Le scrutin majoritaire n'est pas un dogme intangible ! Et je rappelle que le général de gaulle lui-même n'a pas souhaité qu'il soit inscrit dans la constitution, soulignant ainsi son sentiment que les modes de scrutin pouvaient évoluer. Mais nous reconnaissons naturellement les défauts de la proportionnelle : elle favorise les représentants des petits partis et elle conduit à des gouvernements de coalition, qui sont très exposés au risque d'instabilité gouvernementale. Cela entraîne aussi un risque de déresponsabilisation des partis, car aucun n'est assez fort pour assumer les conséquences d'une politique. Enfin, c'est un scrutin qui rend souvent l'élection impersonnelle, en coupant le lien entre les députés et les électeurs. C'est pour cela que nous ne voulons pas en faire le socle de notre démocratie. Ce serait un scrutin d'appoint, pour lequel il faudrait se mettre d'accord sur le dosage.
Quelle serait cette dose ?
Pourquoi pas une soixantaine de députés, sur 577 au total ? Et si le système fonctionne, ce quota pourrait être progressivement augmenté.
Souhaitez-vous que ces soixante députés soient élus sur une liste nationale ou régionale ?
C'est à débattre. En revanche, le seuil d'éligibilité devrait, me semble-t-il, être fixé à 5 %, afin d'éviter l'émiettement.
Quel serait le calendrier de mise en oeuvre de la réforme ?
Pour la fin de la prochaine législature, en 2012. Elle pourrait être couplée avec le redécoupage des circonscriptions électorales, qui n'ont pas été modifiées depuis 1986 et que le conseil constitutionnel demandera au gouvernement futur, quel qu'il soit, de réaliser.
Cette réforme sera-t-elle aussi l'occasion de créer un nouveau statut de l'opposition ?
Le statut de l'opposition est encore embryonnaire en france, ce qui n'est pas le cas, encore une fois, chez nos voisins européens, comme en grande-bretagne, en allemagne ou encore au portugal... nicolas sarkozy considère ainsi qu'une démocratie moderne, pour être apaisée, doit respecter et protéger l'opposition. Pourquoi ne pas réfléchir à un droit renforcé, qui permettrait aux partis minoritaires d'obtenir plus souvent la création d'une commission d'enquête. Elle pourrait également choisir une partie plus large de l'ordre du jour. Je suis personnellement convaincu que c'est en conférant un statut à l'opposition qu'on la rend responsable. En tout état de cause, il apparaît clairement que seul nicolas sarkozy a la capacité d'oxygéner notre démocratie.

ump le candidat «exclut» de nommer des ministres du front national s'il est élu.

Http://www.lefigaro.fr/election-presidentielle-2007/20070413.fig000000226_sarkozy_oppose_une_fin_de_non_recevoir_aux_ouvertures_de_le_pen.html
Entre quat'z'yeux. La journée d'hier avait l'air d'une partie de poker menteur entre le président du fn et celui de l'ump. Jean-marie le pen alternant le fiel et le miel pour embarrasser son concurrent de l'ump. Il a en effet alterné l'insinuation « hideuse », selon le mot du député ump yves jego, sur le pedigree de sarkozy, ce « fils d'immigré », et « le baiser qui tue », en déclarant, dans les colonnes du figaro : « je n'ai aucun contentieux personnel avec m. Sarkozy. » ajoutant même, hier soir, sur i-télé, qu'il « ne s'interdisait pas de contacter m. Sarkozy entre les deux tours ». un sous-entendu « censé déconsidérer sarkozy auprès de l'électorat du centre droit », décrypte le député ump dominique paillé.
Nicolas sarkozy a répondu hier à ces insinuations en refusant l'accolade du président du fn : « heureusement qu'il n'y en a pas (de contentieux, ndlr), parce qu'avec ce qu'il dit sur moi, qu'est-ce que cela serait ! » et en ironisant sur « l'ouverture d'esprit de le pen qui accepte de parler avec un immigré comme moi. Après avoir dit que j'aurais dû me présenter en hongrie ! ». conscient qu'il se de­vait d'affirmer plus nettement encore son refus de « pactiser » avec le pen, il confie au figaro magazine, qu'il ne nommera pas de ministres issus du front national s'il est élu : «non, ça , c'est exclu» .
« zénitude »

Difficile, reconnaît-on au qg de nicolas sarkozy, de ne pas laisser la campagne être « vampirisée » par ce débat avec le fn, et de parler d'autre chose que d'identité nationale. C'était pourtant l'objectif du déplacement d'hier : attaquer le camp d'en face, parler de « travail », de « pouvoir d'achat ». le candidat s'est d'abord rendu sur le site d'airbus, à toulouse-blagnac, pour discuter avec les syndicats du sort de l'entreprise aéronautique : « vous avez tenu votre promesse, vous êtes revenu, bravo », l'a félicité un délégué de force ouvrière. Un déplacement où nicolas sarkozy, encore une fois, a mis un point d'honneur à afficher un grand calme. D'une décontraction étudiée, il a voulu afficher une totale « zénitude », selon le néologisme d'un membre de son entourage. Escorté par le ministre des affaires étrangères, philippe douste-blazy, par jean-françois copé, l'actuel ministre du budget, et par son ami udf andré santini, maire d'issy-les-moulineaux, il a été ac­cueilli par « 14 000 » militants, s'est exclamé l'ancien maire de toulouse, philippe douste-blazy, dans une salle surchauffée. Sarkozy s'est alors livré à son exercice favori : « prendre la gauche par la gauche », selon l'expression de sa « plume », henri guaino. Il a dénoncé la pensée unique « de gauche » qui empêche un homme politique de parler de « pédophilie », d'« immigration », ou d'« identité nationale ». « on n'a pas le droit de dire qu'un voyou est un voyou... qu'une racaille est une racaille », a-t-il même osé, sous les applaudissements.
Dans la ville rose, en terre so­cialiste, il a plusieurs fois défié « ségolène royal et françois hollande », renouant avec l'un de ses slogans préférés : « la gauche a trahi jaurès. » jaurès, cité une bonne trentaine de fois. De quoi oublier un instant, barrès, « l'identité nationale », et jean-marie le pen, dont le nom n'a pas été prononcé.

Bref , le chaud et le froid ... conclusion: plus que jamais il faut mettre la pression sur Isnogood !!!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
007/**



Masculin Nombre de messages : 940
Localisation : Duché de BOURGOGNE
Secteur d'activité : Au service de sa Gracieuse Majesté
Date d'inscription : 31/01/2007

MessageSujet: ça bouge déjà beaucoup moins ...   Lun 16 Avr 2007 - 12:17

"C'est un ballon d'essai (...) J'avance, je vois si on me tombe dessus et après on ajuste", expliquait au Monde, Brice Hortefeux, jeudi
http://www.lemonde.fr/web/article/0,1-0@2-823448,36-896018@51-895544,0.html

Pas de pb, il va voir !!! Et pour "ajuster", il va pouvoir "ajuster":
Nicolas Sarkozy minimise les propos de Brice Hortefeux sur la proportionnelle
Citation :
(...) cette déclaration ne m'engage pas".
http://www.lemonde.fr/web/article/0,1-0@2-823448,36-896018@51-895544,0.html
(...) le candidat de l'UMP a fait feu sur ce fidèle qui se voyait déjà dans les habits d'un ministre de l'intérieur :
Citation :
"C'est intolérable ! Il ne se rend pas compte de ce qu'il fait. Il y aura de grosses déceptions à l'arrivée."
"Je l'ai trop gavé, maintenant, il fait n'importe quoi ! Ce n'est pas lui qui est candidat, c'est moi !"
"Je ne veux pas de Jean-Marie Le Pen au deuxième tour"
"Si quelqu'un qui a voté Le Pen, on ne peut pas le convaincre, il n'y a qu'à lui interdire de voter. Si un présentateur de télévision a le droit de parler à tout le monde, si un journal a le droit de s'adresser à tous ses lecteurs, pourquoi moi, je n'aurais pas le droit de parler à des gens qui étaient nos électeurs. J'irai chercher les électeurs un par un. Leur voix, elle ne sert à rien si elle se porte sur Le Pen."
http://www.lemonde.fr/web/article/0,1-0@2-823448,36-896053@51-895544,0.html

Bref, ça baigne ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Ça bouge déjà à droite !
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» first class britax qui bouge beaucoup
» Vraie fausse manif de droite
» Isofix : Ca bouge !
» Zapp Xtra Vs Xtreet Emotion
» Memento TAP, Fesse droite Epaule, gauche...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Révolution-bleue :: Forums régionaux :: France (forum national)-
Sauter vers: