Révolution-bleue

Ce forum a pour objectif d'organiser la résistance en région.
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Sécurité Sociale

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
007/**

avatar

Masculin Nombre de messages : 940
Localisation : Duché de BOURGOGNE
Secteur d'activité : Au service de sa Gracieuse Majesté
Date d'inscription : 31/01/2007

MessageSujet: Re: Sécurité Sociale   Lun 28 Avr 2008 - 11:52

Cher Zermi, je suis heureux de vous voir prendre paradoxalement la défense des toubibs ! Si si ! Effectivement bannissons de notre vocabulaire ces notions surannées et condescendantes de "patients" "docteurs" et autres fadaises (*). Et considérons les comme des clients et prestataires ordinaires. Alors demain cher "client", il vous faudra rémunérer ces prestataires à hauteur de leur travail réel. Ce qui suppose une véritable tarification à l’acte, ou plutôt à la prestation justement. Actuellement, les 22 euros de la "consult" sont en fait une rémunération forfaitaire couvrant une foultitude de prestations, allant de la prise en charge de l’insuffisance cardiaque chronique à celle du cor au pied en passant par le traitement de la rhino et la pose d’un stérilet. Un plombier qui serait ainsi rémunéré devrait ainsi réparer votre chasse d’eau, vérifier votre chaudière et détartrer votre installation pour le seul prix de la vérification de la chaudière: essayez de faire venir un plombier à ces conditions délirantes et je vous souhaite bien du plaisir ! Et je ne parle pas du seul prix du déplacement, totalement sous évalué dans le cas du premier ! Alors oui, que la société considère enfin ses "toubibs" comme de simples prestataires de service, et elle verra alors ce que prestataire veut dire. Personnellement, appartenant à cette dernière catégorie, je suis preneur ...
Pour ce qui est de l’obligation de résultats, rassurez vous (mais à mon avis vous devriez plutôt vous en inquiéter ...) nous y venons à grands pas ! Là encore, il vous faudra payer indirectement les sommes astronomiques que ne manqueront pas de demander les assurances civiles professionnelles à leurs prestataires/clients: on mesure déjà le coût effarant de ces assurances pour couvrir le principe de précaution dans les professions dites à risque ( risques que ces mêmes professionnels refusent désormais d’assumer puisque ne pouvant en assurer la couverture assurancielle), alors si on y ajoute l’obligation de résultat ...
Obligation de résultat justement. Puisque vous aborder le problème de l’allopathie, il est infiniment plus confortable d’utiliser cette bonne vieille artillerie pour assurer cette "obligation" . Une bonne dose de corticoides + antibios, et hop ! la majorité des pbs ORL est "traitée" en 48 heures. Peut-être devrait-on confier la distribution des ces produits à E Leclerc ? Comme quoi la réalité un peu plus complexe ...

Jabuse (dont je salue l’analyse somme toute assez critique du système qu’il (elle?) dit vouloir expliquer) n’a fait que décrire de l’intérieur un système qu’il connait (subit ?) et pour cause. Il n’a pas dit qu’il l’approuvait, je trouve votre charge excessive. Son analyse de la triangulaire (je reprend ses termes que vous réfutez) patients/généralistes/spécialistes est particulièrement bien vue. La tentative de régulation qui en a été faite via le "parcours de soins" est une première ... rendue comme toujours inapplicable par les marchandages habituels de l’assurance maladie avec qui les médecins sont conventionnés quasiment d’office ! D’où l’évolution parcours de soins du combattant. Il y a "d’honnêtes gens" aussi bien chez les "patients"/clients que chez les "docteurs"/prestataires (voire même au sein de l’assurance maladie obligatoire !). Il y a aussi des profiteurs dans les trois camps. Or c’est bien avec les premiers qu’il faudra reconstruire demain, alors ne les décourageons pas !

(*) "fadaises" que personnellement je considère comme des marques de confiance mutuelle et non de soumission. Nous sommes là dans une tout autre relation que celle de clients/prestataires, ce qui place les toubibs (et tout particulièrement le "médecin de famille") quelque part entre le curé, le notaire, et l’instituteur (ancienne formule). Et explique probablement pourquoi ces trois "professions" touchant au plus profond (sacré ? ) des familles aient toujours eu un statut quelque peu à part ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Zermikus

avatar

Masculin Nombre de messages : 521
Localisation : Ouest
Secteur d'activité : Sans
Date d'inscription : 03/02/2007

MessageSujet: Re: Sécurité Sociale   Lun 28 Avr 2008 - 14:25

J'aime bien vos analyses, 007, vous êtes toujours pertinent !
Bon, je reconnais que j'ai poussé le bouchon un peu loin, il le faut par moments, certains individus ont vite fait de se considérer comme installés sur un piedestal, et de là, pensent être intouchables ! Comme tout équilibre est impossible et ne le sera jamais, il faut charger par moments du côté où ça ne penche pas...
Juste une parenthèse : j'ai été moi aussi "prestataire", et j'avais devoir de résultat, en ce sens que si mon "diagnostic" s'avérait érroné, le client refusait de me payer ! A moi de faire avec, à moi de me payer ma formation continue, car mon modeste savoir était remis en cause en temps réel, et à chaque lundi ou presque, je devais m'attendre à quelque chose de nouveau que j'allais devoir maîtriser, et dans les plus brefs délais. Alors, vous comprendrez que la formule : "Vous allez ME prendre ça, et si ça ne va pas dans 15 jours, revenez me voir" (en payant une nouvelle consultation), cela a tendance à un peu m'agacer, même si mon domaine ne peut rivaliser en complexité avec le vôtre (mais si j'avais été doué, j'aurais fait médecine).
Mr Jabuse - qui tout compte fait n'a pas abusé tant que ça, avoue "regretter" le système. Moi je veux bien. Il m'étonnerait quand même que le "système", dans ses grandes lignes tout au moins, ait été instauré sans l'aval des professionnels qui y sont attachés, même si je suppose que la prédominance des labos est très nettement prépondérante. On n'a jamais vraiment vu les gouvernements décider de quoi que ce soit, en général, ils se plient purement et simplement aux exigences des lobbies.
La dernière partie de votre post m'a amusé. En fait, et à la création de la dernière mouture sécu, je n'ai rien trouvé de mieux que d'appeler l'élu le "médecin révérend"... Je ne suis probablement pas le seul à avoir pensé à la formule ! Elle est parfaitement adaptée à la situation, voilà déjà plusieurs années que le médecin a remplacé le curé, le "cabinet" s'est avantageusement subsittué au confessional, le gros avantage d'antan, c'est que le curé ne se faisait pas rembourser par la sécu...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
007/**

avatar

Masculin Nombre de messages : 940
Localisation : Duché de BOURGOGNE
Secteur d'activité : Au service de sa Gracieuse Majesté
Date d'inscription : 31/01/2007

MessageSujet: Re: Sécurité Sociale   Lun 28 Avr 2008 - 20:49

Il existe (ou plutôt il devrait exister) un juste milieu entre le secteur marchand, où le client est roi jusqu’à la caricature (d’autant plus odieusement roi d’ailleurs que lui même est parasite ou occupe au mieux un emploi "protégé" non marchand ...), et le secteur subventionné ou certains peuvent penser à ce titre pouvoir faire n’importe quoi ou presque. Et c’est bien le problème des médecins conventionnés qui se retrouvent le cul entre deux chaises ! Ils ont dès les premières conventions troqué leur indépendance contre le "plat de lentilles" de la solvabilisation de leurs patients (du moins était-ce l’argument pour les amadouer à l’époque) et la liberté de leurs honoraires contre la "gestion" d’une partie de leur retraite par l’assurance maladie (les fous !!!). Résultat: ils sont en train de perdre une bonne partie de la première et ne verront sans doute jamais la seconde ... tout en continuant à devoir supporter (de plus en plus mal) le carcan de l’une et l’autre ! Voilà ce qu’il en coûte de contracter avec un état-voyou, ça leur apprendra ...
Au sujet des labos, de la formation continue, il y aurait beaucoup à dire. Je pense en fait que sur cette question là encore, nous sommes de plus en plus sous tutelle de l’assurance maladie (et donc du ministère de la santé) qui nous considère ouvertement comme ses "obligés" à défaut d’en être salariés (sans le statut bien évidemment...) De fait, j’ai toujours pensé que le véritable objectif du conventionnement était de nous asservir définitivement, ce qui se confirme chaque jour un peu plus.
L’inévitable explosion en plein vol de la sécu (ou plutôt en piqué, pour cause de faillite) et celle tout aussi inévitable de la maison mère étatique sera la réponse à ces problèmes, l’origine de tous ces dysfonctionnements étant précisément le monopole de cet "état dans l’état" qu’est la sécurité sociale.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
007/**

avatar

Masculin Nombre de messages : 940
Localisation : Duché de BOURGOGNE
Secteur d'activité : Au service de sa Gracieuse Majesté
Date d'inscription : 31/01/2007

MessageSujet: Re: Sécurité Sociale   Ven 2 Mai 2008 - 18:22

Pour faire plaisir à Zermi Wink , tiré d’un entretien accordé au QDM par Patrick de Funès, fils de l’agité du même nom, et surtout radiologue de son état, qui a « préventivement » résilié son inscription au tableau du Conseil de l'Ordre des médecins pour livrer son témoignage « en toute liberté » (1)
À propos de la surexposition médiatique de "certains":

Citation :
La population est affolée, a de fausses idées. ça a participé énormément aux dépenses de santé, à la folie ambiante. Qui trinque au final ? Le médecin généraliste considéré comme le dernier des sots par les professeurs médiatiques

de l’hôpital:

Citation :
le système de nomination des chefs de service n’est pas du tout fonction de la compétence, mais fonction de la religion, de l’appartenance politiques et surtout de la maçonnerie. L’incompétent, de nos jours, dans toutes les professions, est valorisé, car il a le temps de parler dans les medias

du conseil de l’ordre:

Citation :
Il n’y a pas à être tendre: c’est honteux. le Conseil de l’Ordre finira par être supprimé. C’était pas mal l’idée de départ que les médecins s’arrangent entre eux. Mais aujourd’hui c’est une honte. Les gens très capables n’ont pas de temps d’y siéger, c’est ça le drame. Il faut intriguer pour être élu. Le mode électoral est insensé.

(1) Dr Patrick de Funès, « Médecin malgré moi », éditions du Cherche-Midi
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Zermikus

avatar

Masculin Nombre de messages : 521
Localisation : Ouest
Secteur d'activité : Sans
Date d'inscription : 03/02/2007

MessageSujet: Re: Sécurité Sociale   Ven 2 Mai 2008 - 20:50

Comme quoi je ne suis pas le seul à avoir une opinion pas franchement favorable !
Maintenant, si il n'y avait que le système maladie (je me refuse à parler du système de santé, comme certains, moi, ma santé, elle ne me coûte pas trop cher, ma maladie, si), bref, dans notre époque, tout est l'avenant.
Pour le médical, je dis et je répète que "Knock ou le triomphe de la médecine" était quand même pas mal vu en son temps, et il ne nous reste plus guère d'autres choses que des docteurs Knock actuellement.
Concernant les hiérarchies, que ce soit à l'hôpital ou ailleurs, on retrouve inlassablement le "Principe de Peter" ! Un incontournable, et qui se vérifie au quotidien !
Comme quoi, il y a des gens lucides, en France...
Enfin, il y en a eu...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
007/**

avatar

Masculin Nombre de messages : 940
Localisation : Duché de BOURGOGNE
Secteur d'activité : Au service de sa Gracieuse Majesté
Date d'inscription : 31/01/2007

MessageSujet: Re: Sécurité Sociale   Lun 5 Mai 2008 - 16:46

Lu sur www.claudereichman.com à propos des enfers fiscaux
Citation :
(...) Depuis sa création en 1945, la sécurité sociale est dans le rouge. Il ne s’agit pas d’un marché où l’offre s’ajuste à la demande en fonction du prix des soins dispensés. La codification des actes ne correspond pas au coût réel des soins parce qu’elle est fixée par une bureaucratie plus proche des assurés que des médecins. Ce marché n’oppose pas non plus directement un producteur à un consommateur de soins. Dans cette partie biaisée qui se joue à trois, le consommateur de soins se défausse sur l’assureur. Mais là encore, il ne s’agit pas d’un véritable assureur puisque celui-ci ne peut pas fixer ses conditions à l’assuré en lui demandant par exemple de payer une franchise s’il est fumeur ou s’il est obèse. Il ne peut pas exercer son contrôle sur la dépense en demandant à l’assuré la justification de consultations chez plusieurs spécialistes pour avoir un diagnostic.
Il ne peut pas non plus exclure le fraudeur qui se fait établir de faux arrêts de travail. C’est le médecin qui est poursuivi. Il ne peut pas non plus gérer à sa guise la carte des hôpitaux publics qui représente la moitié des dépenses de santé et qui sont sous la coupe des élus locaux et des syndicats de fonctionnaires. C’est pour toutes ces raisons que le poids du mammouth augmente de 6% par an, soit trois fois plus vite que la création de richesse mesurée par le produit intérieur brut (PIB)
Plus qu’une partie biaisée, c’est de poker menteur qu’il faudrait parler à propos de la création même de la sécu. Poker menteur qui perdure 60 ans après, mais à quel prix ! Dans ce jeu de dupes où chacun pensait trouver son compte, il y avait au moins deux cocus:
- Les médecins qui se sont laissés cocufier par un système qu’on leur à vendu d’abord par la compromission, puis par la contrainte, système dont ils n’ont même plus la moindre velléité de sortie tellement ils sont "imprégnés" de cette culture de l’assistanat.
- les consommateurs qui se sont vus réduits au statuts d’assujettis d’un système dont les vrais bénéficiaires en sont les plus irresponsables, voire désormais les parasites
Quant à l’assureur, il ne saurait remplir son rôle car c’est justement tout sauf un assureur: il y a de fait collusion entre syndicats "gestionnaires" de la sécu, consommateurs assistés, et médecins conventionnés, dont les statuts respectifs ne pouvaient qu’aboutir à une maffia de fait où ne prospèrent réellement que les réseaux les plus compliants, donc les plus corrompus. Ce système de peut donc par définition être réformé de l’intérieur (ni même réformé tout court) car cette machine à perdre est structurellement viciée. Nul n’est besoin d’être de gauche ou de droite pour comprendre cet état de fait, il faut juste avoir un minimum de lucidité à défaut d’honnêteté. Jusqu’à maintenant, le recours à l’emprunt aidant, une majorité d’usagers pensait y trouver son compte, et ceux qui peu nombreux osaient ce diagnostic prêchaient dans le désert de la condescendance. L’heure des comptes ayant justement sonné, le rapport va s’inverser: si un état ne peut certes être mis en faillite c’est qu’il a lui le pouvoir de mettre ses électeurs dans cette délicate situation. Nul doute que cette douloureuse échéance aidera à une prise de conscience tout aussi douloureuse et fera voler en éclats le plus emblématique de nos dogmes franchouillards.
Un peu tard ...

Addendum: Le groupe UMP aurait proposé ce jour de "généraliser" le recours à des contractuels dans la fonction publique, "d'expérimenter le transfert" aux mutuelles "au premier euro des soins qui ne relèvent pas de la solidarité" ou de "revoir le système d'indemnisation du chômage".
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orion

avatar

Nombre de messages : 33
Localisation : France (pour le moment ...)
Secteur d'activité : Observer
Date d'inscription : 11/02/2008

MessageSujet: Re: Sécurité Sociale   Sam 2 Aoû 2008 - 0:03

007/** a écrit:
Addendum: Le groupe UMP aurait proposé ce jour de "généraliser" le recours à des contractuels dans la fonction publique, "d'expérimenter le transfert" aux mutuelles "au premier euro des soins qui ne relèvent pas de la solidarité" ou de "revoir le système d'indemnisation du chômage".
Parions qu’il sera procédé sous peu à une instillation progressive des directes européennes, tout en tenant le langage inverse bien évidemment, la main sur le coeur !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
007/**

avatar

Masculin Nombre de messages : 940
Localisation : Duché de BOURGOGNE
Secteur d'activité : Au service de sa Gracieuse Majesté
Date d'inscription : 31/01/2007

MessageSujet: Re: Sécurité Sociale   Sam 2 Aoû 2008 - 10:44

C'est le "Claude" (Reichman) qui va être content ... Laughing
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Sécurité Sociale   

Revenir en haut Aller en bas
 
Sécurité Sociale
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
-
» indus sécurité sociale
» Changement de numéro de sécurité sociale et de carte vitale
» Sécurité sociale :étude de la DREES
» Indus Sécurité Sociale ATTENTION nouveaux textes:
» Conjoint, sécurité sociale et mutuelle madelin

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Révolution-bleue :: Société :: Régimes sociaux-
Sauter vers: